Araignée mon amour

J’ai envie de vous parler d’un certain jour de l’année 2010. Une anecdote qui met bien en lumière le difficile rôle des parents!

Parcimoine avait 7 ans…

 

Hier soir, j’ai retrouvé un diamant en plastique sur mon oreiller.

C’est Parcimoine qui me l’a déposé avant de partir dormir chez un copain.

Ce matin, quand il revient, je lui dis merci, gros câlin, bisous, il est tout content…

Je demande: <<C’est pour toujours que tu me le donnes?>>

Il me répond après une courte réflexion, en tendant la main et avec un grand sourire: <<Non!>>

Ce soir, gros drame: Il y a une araignée dans la chambre d’Asphodèle. L’homme assume son rôle de père de famille, de mari responsable, de grosse brute et splaf, il écrase l’araignée dans un mouchoir en papier.
Le mouchoir en papier finit dans la poubelle de la cuisine.
Zébulon arrive: <<Elle est oùùùùùùù l’araignée??>>
L’homme répond: <<Dans la poubelle.>>
Zébulon court vite répéter à Parcimoine qui débarque en pleurs: <<Papa a tué l’araignéeeeee!>>
Je le console comme je peux.
Il retourne jouer…
Je vais le voir quelques minutes plus tard, il est à nouveau en pleurs….
Je comprends le passage obligé qu’il va falloir effectuer: <<Viens, on va aller rechercher l’araignée et lui faire un bel enterrement.>>
Je vais rechercher le mouchoir dans la poubelle, puis on va ouvrir la fenêtre de la salle de bains où sont alignés les pots des semis faits mercredi.
<<Tu penses qu’elle aime le rose?>>
Il approuve…
On choisit donc le pot des betteraves, on y creuse un trou et je secoue le mouchoir. Zut! rien ne tombe.
Je retourne dans la poubelle de la cuisine où d’autres mouchoirs m’attendent. J’ouvre les mouchoirs un à un. pour vérifier. Berk, elle est là.

Je retourne dans la salle de bains.
On enterre l’araignée, on lui dit au revoir.
Parcimoine me demande une feuille et il file dans sa chambre.
10 minutes plus tard, il remonte: <<Maman, on peut y retourner une dernière fois?>>
Il a dessiné une petite araignée avec un coeur et a marqué son prénom.
Il tient aussi quelque chose dans sa main, qu’il dépose avec précaution: Le diamant en plastique qu’il m’avait offert ce matin.

On redit bonne nuit à l’araignée.
Il a l’air apaisé et retourne dans son lit.
Voilà Zébulon qui débarque: <<Maman, tu me montres l’araignééééée?>>
Je sais que je n’aurai pas la paix avant, alors on retourne dans la salle de bains, je lui montre le pot.
Et là, il s’exclame complètement outré: <<Eh!!! mais c’est mon diamant!!!!>>

Là, la seule idée qui me vient à l’esprit, c’est d’acheter son silence. Tant pis je serai mauvaise mère ce soir, mais on pourra tourner la page…. <<Euh… écoute Zébulon, si tu reprends le diamant, Parcimoine va encore avoir un gros chagrin… Je te donne quoi en échange de ton diamant ? une pièce de 2 euros?>>
Il est d’accord….
Comme je n’avais pas de pièce de 2 euros, je lui ai donné 4 pièces de 50cts. Il s’est exclamé: <<Quoi tout ça?>>
Moi j’espère juste que ça suffira.

 

P1110083

Croque-croque et ses amis

Parcimoine a toujours eu une imagination débordante, jouant des heures avec un bâton ou un bout d’élastique. Cet été-là, en plus de croque-croque dont nous allons parler plus bas, Parcimoine a joué avec un glisson, un gui-gui, et Zinna

 

croque croque

 

intermède pour expliquer la différence entre un glisson, un croque croque, un guigui et Zinna:

un glisson: c’est simple: c’est un os de seiche qui glisse.

un croque-croque: c’est un coquillage qui est entier (moins la bêêêête), deux parties appelées communément coquillages en gros et qui continuent d’être reliées entre elles.

un gui-gui: c’est la moitié d’un croque croque. Un croque, quoi.

Zinna: c’est une vieille fusée qui a rendu l’âme le 14 juillet et que Parcimoine a trouvé sur la plage. Elle nous a suivis tout l’été 2008.

 

zinna

L’été de ses 6 ans, Parcimoine a donc trouvé un nouvel ami qu’il a sauvé des eaux de notre plage préférée. C’est Croque croque. Croque-croque est un gentil coquillage vide et qui est resté entier: il n’a pas perdu sa moitié, ce qui fait qu’il peut se refermer à loisir sur nos doigts, quand on n’est pas gentil avec Croque-croque, qu’on refuse par exemple de rester à la plage ou quand c’est l’heure de la damnée douche…

Parcimoine s’occupe bien de Croque-croque. Croque-croque est si présent qu’il fait partie intégrante de la famille. Croque-croque se promène avec nous, joue avec nous, nage avec nous, dort avec nous. Parcimoine s’occupe aussi de le socialiser, en le confiant par exemple de temps en temps à son frère.

P1060998

 

 

Un soir, on est allés manger dans un bon resto de fruits de mer. On en a commandé un plateau entier. Et quand le serveur s’est approché avec le plat

images-plateau-fruits-mer-11-254x203

Parcimoine s’est écrié:

« Oooooh! Les parents de Croque-croque! »

Nous, on aime bien Croque-croque. mais on a quand même mangé ses parents!

 

croque croque 2