Liseuser ou ne pas liseuser? Telle est la question.

Si! si! ce verbe existe!

Liseuser: lire sur une liseuse.

 

Comme beaucoup, je n’étais pas sûre de réussir à sauter le pas… Il est vrai que le contact du livre-objet peut manquer…

Au final, j’ai adhéré à 100%!

Ma bibliothèque peut me suivre partout, les liseuses ayant toutes de grandes capacités de stockage.

Je n’encombre plus mes étagères de livres que je ne relirai pas, mais je garde une place de choix aux quelques livres qui me suivront toute ma vie.

Je n’attends plus désespérément que le livre que je veux lire soit enfin disponible à la bibliothèque.

Et puis techniquement parlant, plus besoin de deux mains pour lire. Une suffit, ce qui veut dire qu’on peut se lover complètement sous la couette les soirs froids d’hiver. Argument non négligeable.

Quant à la batterie, si on désactive le wifi (qui permet de télécharger directement des ebooks en ligne), elle tient durant des semaines!

IMG_4315

Mes conseils à quatre sous:

-réfléchir consciencieusement au modèle: Retro-éclairage? Taille de la liseuse?

-ne pas hésiter à essayer la chose chez un ami ou en magasin. Certaines médiathèques prêtent des liseuses.

-ne pas prendre de modèle style tablette qui permette de consulter ses mails, jouer etc… L’appareil doit, à mon avis, être consacré à 100% à la lecture.

-toutes les liseuses supportent tous les formats de lecture, hormis la Kindle d’Amazon. Mais l’application Calibre, qui permet la conversion des livres en divers formats numériques, est facilement téléchargeable. A réfléchir également.

 

Chez la Family:

Nous avons quatre liseuses: J’ai une kobo glo HD achetée chez Fnac.com, que j’adore. Et les enfants ont chacun une Cybook de Booken, qui ne nous ont jamais déçus! Elle n’est actuellement plus vendue. Ses remplaçantes tiennent apparemment aussi la route!

 

Un article du magazine Que Choisir sur les liseuses avec, en accès payant, des tests comparatifs.

Un article comparatif des liseuses sur le marché.

 

Alors, il n’y a aucun inconvénient?

Si! Hélas, il y en a un, et de taille! Il faut savoir que les ebooks peuvent, en France, être pratiquement au même prix que les livres papier.

Par exemple:

Millénium 4 – tome 4 – Ce qui ne me tue pas est à 23 euros en format papier (broché) et à 16,99 euros en format numérique.

 

Par contre:

Millénium, Tome 3 : La reine dans le palais des courants d’air
qui existe maintenant en poche, est à 10 euros en format poche et à 9,99 euros en format numérique.

 

Où se procurer des ebooks?

Déjà il y a quantité d’ebooks qu’on peut obtenir gratuitement et légalement, notamment des oeuvres classiques. (ce qui peut aider au collège ou au lycée)

Ensuite certaines bibliothèques se sont lancées dans l’aventure numérique: elles prêtent des liseuses et donnent accès à une quantité d’ebooks.

Les grands lecteurs peuvent prendre un abonnement avec lectures illimitées sur des plateformes du type youboox ou kindle unlimited

C’est peut-être l’occasion de découvrir des auteurs qui auto-éditent leur roman et le proposent en format numérique pour un tarif réduit.

Je regrette que, comme on prête un livre qu’on a aimé à son voisin, on ne puisse pas échanger légalement un ebook.

Maintenant. A vous! Liseusez-vous? et de quelle manière?

IMG_4313

5 Des réflexions sur “Liseuser ou ne pas liseuser? Telle est la question.

  1. Alors moi je lis beaucoup mais sur mon téléphone ou mon ordi portable :-S Pas l’idéal mais prochain achat ça sera une liseuse, je ne sais pas encore laquelle…
    En tout cas super blog 🙂

  2. J’ai la même liseuse que toi, et j’avais les mêmes réticences aussi avant de l’avoir… mais finalement, j’adore ma liseuse qui est très pratique et très confortable pour lire.
    J’échange mes livres électroniques comme j’échangeais mes livres papiers avant… donc j’en achète peu.
    Je continue d’aller à la médiathèque et je lis donc des « vrais » livres encore régulièrement 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*