La soupe!
Après Halloween: le bilan de la Murder Party.
On est bénévoles à la SPA!

C’est la Chandeleur! La farinette: recette d’une drôle de crêpe.

Voici une recette super facile, un peu “fouzytout” et qui dépanne bien les soirs de flemme: La farinette.

Mélanger au robot: 2 oeufs, 50G de farine, 1 cuillère à café de levure chimique, 1 cuillère à soupe d’huile et 100 ml de lait. On poivre et sale, on ajoute des herbes ou des épices au choix.

Cette grosse crêpe se cuit 15 minutes dans une poêle huilée et couverte (on retourne à mi-cuisson)

Pour 5, je double les proportions, mais je fais cuire dans deux poêles car, si c’est trop épais, la cuisson ne se fera pas au centre.

Avant de cuire la crêpe on peut faire revenir une garniture dans la poêle, et ajouter la pâte à crêpe ensuite.

 

Par exemple, hier soir, nous avons fait une farinette poivron/jambon

farinette poivron/jambon

 

et une autre poivron/bacon.

farinette poivron/bacon

Bon app!

 

Le jour où j’ai arrêté de faire faire du ménage à mes enfants.

Quand ils étaient petits, c’était plutôt simple: un spray vinaigré, une lingette en microfibre et hop! Tout brillait!

Mais l’objectif était bien moins ambitieux: juste avoir la paix cinq minutes.

 

Ensuite, j’ai espéré qu’ils aident un peu plus efficacement. J’ai fait des tableaux de tâches, j’ai établi un système de récompenses, je me suis cassée la tête sur un roulement, je leur ai fait choisir les trucs qu’ils préféraient faire…

Et au final le temps passé à gérer le système était plus important que le temps économisé à faire les tâches dont ils me délestaient.

Alors j’ai arrêté.

Et j’ai réfléchi à des objectifs concrets que je devais me fixer:

  1. rendre mes enfants autonomes.
  2. rendre la maison à peu près correcte.

Maintenant, à la maison, ça se passe ainsi:

  1. Rendre mes enfants autonomes:

-Les enfants font leur lessive. Ils mettent leur caisse de linge (3 enfants, 3 caisses de linge de différentes couleurs) en machine (euh…. on ne fait pas de tri chez nous), n’oublient jamais pas leur serviette de bain, dosent la lessive et lancent le programme.

caisse linge enfant    serviettes lessive

A la fin, ils trient et mettent dans le sèche-linge ce qui ne craint pas grand chose (sous-vêtements, jeans, serviette) et ils vont étendre le reste du linge sur une tour (une grille par enfant) qui se trouve dans le couloir près des chambres.

séchoir linge autonomie enfant

Certes, il faut les reprendre souvent: (Asphodèle! la lessive est finie! Parci! viens sortir ton linge du sèche-linge! Zébulon, étends mieux tes T-shirts!) mais dans l’ensemble ça roule. Et puis chacun prend la responsabilité de faire sa lessive avant que les armoires soient vides…. ou assume sa procrastination!

chaussettes dépareillées

-Les enfants rangent leur chambre, et passent l’aspi une fois par semaine. A chaque vacance, je fais le grand ménage mais dans une chambre déjà à peu près rangée. Ils m’aident avant (tri, lavage des vitres…)

-Pour les draps de lit: Une fois par semaine (ou moins) ils défont leur lit et montent leurs draps le matin, je fais la lessive puis redescends les draps. Asphodèle refait son lit seule, on aide un peu les gars (quelle prise de tête, cette housse de couette!)

-Les enfants font parfois à manger: des pâtes ou du riz, un steack, une salade composée, un oeuf sur le plat, quand la situation s’y prête et qu’ils doivent rester seuls. Disons qu’ils sauraient survivre et ne mourront pas de faim le jour où auront leur chambre d’étudiant appart.

J’utilise très souvent notre grand tableau blanc où sont notés les trucs à faire. ils mettent leur initiale quand c’est fait.

Tableau blanc tâches enfants

2 Rendre la maison à peu près correcte:

Alors déjà, depuis qu’ils sont tout petits, on ne dit pas “aider Maman” mais “aider la maison”. Psychologiquement, ça aide!

Nous n’avons pas de planning “mettre la table”, “débarrasser”, ranger le lave-vaisselle… Chacun débarrasse son couvert. Zébulon qui a un peu la maladie du premier est toujours là à la seconde où je les appelle pour manger. Alors, souvent, on met la table tous les deux…

Si j’ai besoin d’aide pour préparer le repas, j’appelle Aspho qui aime bien tambouiller. Parci est souvent inefficace: il met sa tasse sale dans le lave-vaisselle propre, il a toujours un truc à raconter, de préférence bien au milieu de la cuisine même en cas de rush…. alors je n’hésite pas à le solliciter plutôt pour un travail bien spécifique: “Casse-moi quatre oeufs!” “Remplis le lave-vaisselle!”….

Et quand la maison est trop cra cra, chacun met la main à la pâte.

 

Mes p’tits trucs:

“se mettre sous mes ordres”: on programme 20 ou 30 minutes à la minuterie du four et chacun attend les ordres et les réalise le plus rapidement possible: descendre la poubelle, ranger l’entrée, laver l’évier, passer l’aspi dans la cuisine…

Quand ils étaient plus petits: “1 minute avec Maman”: Chaque enfant fait le tour de la maison avec moi et range ce qu’il y a à ranger: le manteau qui traîne, le livre à redescendre, la boîte de goûter à vider. Rapide et efficace.

Faire avec eux: Vider le lave-vaisselle ou mettre la table c’est plus facile à deux. Alors quand je leur demande de l’aide, on fait à deux en fait…. ou alors ils font tous les trois (un compartiment du lave-vaisselle chacun par exemple)

Les tickets temps: On a essayé de donner une pièce pour un travail un peu particulier: laver la voiture, tondre la pelouse. Mais c’est assez peu motivant de gagner un seul euro pour un travail et je ne me vois pas donner 5 euros pour avoir nettoyé les vitres. C’est Parci qui a eu l’idée de mettre en place des tickets temps: 30 minutes de travail pour la maison (ménage, jardin….) donne droit au graal: un ticket temps de 30 minutes (ou alors pour 15 minutes de travail: un demi-ticket temps) à utiliser en plus du temps imparti sur l’ordi ou la PS4.

ticket temps ordi(Design exclusif: Parcimoine)

 (Modèle à télécharger ici: tickets temps jeux video)

 

Comme quoi, il y a plus fort que l’argent:

argent écran     Les écrans!

 

Le chat est guéri!

En admirant notre sapin magnifique, on s’est aperçu qu’on devait avoir des souris ou des rats dans la maison…

cadeau polystyrène

A moins que Gizmo ait encore fait des siennes….. Eh oui! le polystyrène, c’est aussi bon que le silicone! (Parci était content: Ah! on sait enfin ce qu’il y a dans ces petits cadeaux!)

Du coup, hop! le chat est puni!

collerette chat

Bon en vrai, il léchait un peu trop sa blessure, alors il a eu droit à quelques jours de collerette…

Mais aujourd’hui, c’est de l’histoire ancienne: le chat est guéri! (et le sapin démonté pour éviter d’autres grignotages intempestifs!)

chat mignon

Un bout de silicone emballé dans du papier cadeau.

Les chats à la maison, c’est tout un roman! Actuellement, on en a trois dont deux sauvés du dehors. Il y a Gizmo, le petit nouveau débordant d’amour et de tendresse.

Cette année j’ai été prévoyante et j’ai fait mes cadeaux de Noël à l’avance. Tant pis pour moi, tant mieux pour eux.

Oui car, quelques jours avant Noël, Gizmo s’est mis à vomir, devenir apathique, ne plus rien avaler. Mais il n’avait pas de fièvre. J’ai fini par l’emmener chez le vétérinaire. A la radio, l’intestin paraissait un peu bizarre, signe que le bestiau a peut-être avalé un corps étranger. J’ai dit ok pour l’opération…

Le vétérinaire l’a ouvert et a retiré de son intestin….. un morceau de silicone grand comme deux carrés de chocolat.

J’ai eu beau hurler à toute la famille: “Qui a laissé traîner le silicone?”, personne n’a répondu, et nous n’avons jamais su où le chat avait déniché ça.

En allant rechercher le chat le lendemain, le vétérinaire m’a fait signer un chèque de 389 euros. Puis il m’a demandé si je voulais garder le corps étranger. J’ai réfléchi….

Non….Dommage… tous mes cadeaux étaient achetés et emballés.

Heureusement pour tout le monde, car sinon, la famille aurait trouvé sous le sapin, en guise de cadeau, un morceau de silicone à 389€ emballé dans du papier cadeau.

laparotomie cicatrice chat

 

C’est le troisième!

S’il y a une chose qui m’horripile au plus haut point, qui me fait sortir de mes gonds, ce sont les réflexions telles:

Normal qu’il soit comme ça, c’est le troisième!

C’est sûr qu’il fait ainsi, c’est l’enfant du milieu!

Elle a fait ceci? C’est parce que c’est l’aînée!

Je connaissais une instit. Son premier geste santé de la rentrée était de compter les aînés de sa classe, puis de s’exclamer par exemple: “Tu te rends compte! j’ai 15 aînés cette année! Ca va être très dur!”

Elle avait dû entendre que les aînés étaient les moins autonomes?

Alors oui! Chaque place dans la fratrie a ses inconvénients et ses avantages!

Aspho  ramasse les pots cassés de nos essais d’éducation de parents novices, mais elle a eu de bons moments toute seule avec sa maman, avant l’arrivée des deux monstres.

Parci peut se sentir oublié, coincé entre la grande et le petit, mais il a toujours eu quelqu’un pour jouer, parler, rire avec lui: une grande ou un petit, à choisir au fil de ses envies.

Zébulon doit en avoir marre d’être “le p’tit”, mais à 12 ans moins 10 mois, il a eu le droit de regarder Alien parce qu’on ne pouvait décemment pas l’enfermer dans sa chambre pendant sa diffusion!

Et puis, on est bien d’accord! Quand on me dit que Machin est un peu trop comme ci ou comme ça et qu’on argue comme explication le rang dans la fratrie, on pourrait aisément interchanger:

-C’est parce que c’est le premier (pas assez autonome)

-C’est parce que c’est le 2eme (coincé entre les deux autres)

-C’est parce que c’est le troisième (pourri gâté)

Et puis… pour les familles nombreuses? ces bien-pensants comptent-ils le rang de naissance?

-C’est parce que c’est le … (blanc le temps de compter) 7ème! S’il était le 8ème, la situation serait tout autre! vous pouvez en être sûr!

Je me rappelle le jour lointain où les enfants ont fait une course longue (qu’on continue à faire chaque année d’ailleurs). Zébulon, malgré ses 5 ans, part comme une flèche! puis se met à pleurer.

Aspho, qui du haut de ses 8 ans, est devant, jette un oeil derrière elle, le voit pleurer, fait direct demi-tour et remonte la course! J’adore cette photo! elle court dans le mauvais sens pour aller chercher son frère.

course enfant solidarité frère soeur

Bon ok, on voit rien mais j’adore cette photo! 🙂

Et puis l’année d’après, c’est Parci qui aide son frère à terminer la course!

P1140361

 

Qu’on soit rassuré sur 2 points:

-Zébulon a toujours voulu faire cette course, et jamais on ne l’a forcé.

-Maintenant il ne pleure plus en course! 🙂

En tout cas, ces deux années, en effet, il a bien profité de…

sa place de petit troisième!!

IMG_5154

Beaver Gang. Rapide et efficace.

J’ai un peu de mal avec les longs jeux de société. Ceux aux mille règles, à ne surtout pas enfreindre, ceux qui nécessitent une après-midi entière et qui finalement ne sont pas même terminés à la nuit tombante.

J’adore les jeux de société courts et drôles.. tactiques… j’adore mon fils qui est le champion de manipulation et des coups fourrés. Il est très mauvais joueur… Heureusement, il perd rarement…

Justement, ce soir, entre la fondue de poireau-champignons et l’omelette à battre, Parci me dit: “Maman, on fait un jeu de société?”

C’est pas comme s’il avait été absent de la maison toute la journée hein?

Bon! pas grave! j’aime les jeux courts! je propose le dobble, il me tend le Beaver Gang.

C’est un jeu rapide: c’est écrit 20 minutes, mais les parties durent moins, on en a enchaîné 5.

Le but est de marquer le moins de points possibles en 4 cartes.

IMG_4597

 

La difficulté, c’est qu’on ne connait pas ces quatre cartes. On a le droit d’en retourner deux, puis d’échanger, d’en choisir dans la pioche, d’en piquer au copain. Il faut avoir une bonne mémoire pour se rappeler des cartes qu’on a pu regarder à un moment donné. Il faut aussi savoir bluffer, et se rappeler des cartes de son adversaire si on a eu la chance d’en deviner une ou deux…

IMG_4598

Ca va vite et c’est drôle! A partir de 7 ans, je dirais…. jusqu’à… euh… je sais pas…. au moins 42 ans, ça c’est sûr! 😉

BEAVER GANG

 

Si vous deviez lire un seul livre sur Noël?

Si vous deviez lire à vos enfants un seul album qui parle de Noël, ce serait lequel? Mais attention un seul!!

Je vous laisse répondre en com!

Moi ce serait:

Cet album est tout simplement merveilleux… Un livre rempli d’une volonté farouche de faire plaisir à l’autre….

Mais je tiens à préciser que ce livre ne parle pas du Père Noël….  (quoique finalement à la dernière page….)

Sinon, quand Zébulon était tout petit, il était abonné à Tralalire, et c’est ainsi qu’on a découvert Polo. Cette histoire de Noël reçue dans le cadre de son abonnement l’a tout simplement tellement transporté qu’il a dormi avec son livre tout le mois de décembre. C’est une histoire sans paroles.

Maintenant l’histoire existe sous forme d’album, mais il est marqué indisponible sur beaucoup de sites…. Si vous le trouvez, n’hésitez pas!

Et enfin, j’ai envie d’évoquer la revue Pomme d’Api qui édite chaque année un n° avec un calendrier de l’Avent sous forme d’histoire à chapitres. Chaque soir de décembre, on peut lire un chapitre (très court) et ouvrir la case. Rien à gagner dans ce calendrier! Ou plutôt si! 24 moments de complicité!

Couverture-Pomme-d-Api-decembre-2015-n-598_articleimage

 

Bon ok ok! j’avais dit UN livre parlant de Noël…… je suis incorrigible!

Et vous?

Pommes Pommes Pommes… C’est l’automne (Les pommes au four).

Quelle chanson?

 

Alors on a encore beaucoup de pommes à la maison (Merci voisin!)

On fait de la compote, du crumble (avec des framboises surgelées), le gâteau invisible aux pommes, et surtout on n’oublie pas les pommes au four! Un dessert simple et bon, un peu délaissé.

Voici notre recette fétiche:

Evider cinq belles pommes.

Les placer en les serrant dans un plat allant au four.

Remplir l’orifice de sucre roux.

Mettre au four 40 minutes à 180°.

Laisser tiédir.

 

pommes au four

Elles restent ainsi encore croquantes, comme on les aime. Mais on peut modifier le temps de cuisson pour les rendre davantage fondantes… à la limite de la compote!

 

pomme croquante au four

Et la chanson, c’est celle-ci:

Pommes Pommes pommes

 

 

 

Après les attentats.

Comme beaucoup, j’ai énormément de mal à reprendre le cours de ce blog.

Le cours de la vie.

Une affreuse tendance à actualiser la page Google News toutes les deux secondes et demie.

google news

 

Le thème des jeudis de l’éducation (Oui! c’est vrai… on est vendredi! Quand j’vous dis qu’j’ai du mal!) c’est: La violence.

Un thème qui fait désormais partie de chacun d’entre nous…

Je n’habite pas Paris. J’y vais quelques fois par an pour des déplacements professionnels, mais je me sens préservée: Nous sommes à l’abri dans notre campagne. Et pourtant, quand je vois qu’encore hier soir mon 12 ans est venu nous dire qu’il avait entendu des explosions (des rafales de vent très fortes), quand je vois qu’hier matin, il m’a raconté son cauchemar (on était avec des hommes, et ils nous ont cramés), quand je vois comme le sujet du terrorisme revient sur le tapis régulièrement, toujours brusquement, j’ai le coeur serré en m’imaginant qu’à Paris, il doit être si difficile de reprendre le cours de sa vie.

Mais puisqu’il faut continuer, j’ai envie de participer à ce jeudi de l’Education (oui! c’est vrai… on est vendredi!)

Je vais juste raconter une anecdote.

Un dimanche matin, nous étions dans un parc à Nancy. Ce genre de parc où les balançoires côtoient les toboggans, où les parents se serrent sur les bancs à regarder leurs enfants, où les enfants étonnent toujours par leur mode de communication:

Tu t’appelles comment? Viens! on va sur le toboggan.

P1140404

Mes enfants étaient petits… entre 3 et 6 ans. Ils jouaient avec tous ces copains d’un jour.

L’un d’eux qui ne devait pas dépasser les 5 printemps avait un tempérament incroyable de meneur. Il a réussi en l’espace de quelques secondes à se faire chef d’une immense file de lardons et effectuait un parcours sur tous les jeux en chantant et en faisant des gestes. Dix autres gamins, dont les miens, le suivaient en l’imitant. Comme un jeu du chef d’orchestre en plus actif. Ils sont passés partout: sur le toboggan, sur les rondins de bois, sous le petit pont, dans la cabane. Et je crois que chaque adulte était scotché par le dynamisme de ce petit garçon et par la façon dont les autres-même les plus grands- suivaient avec admiration  ce petit bonhomme.

Puis le chef a grimpé sur une sorte de longue chenille en bois. Les autres suivaient, grimpant l’un derrière l’autre.

Au bout de la chenille, un tout petit garçon de deux ans environ était assis à califourchon, gênant la progression. Le chef de file a balayé le petit sans sommation. il l’a poussé de ses deux mains et l’enfant est tombé par terre.

Le chef continuait à chanter sans s’arrêter. Tandis que le papa est allé récupérer son petit en pleurs, j’ai guetté la réaction des autres enfants.

Parci est descendu de la chenille. Il a dit:

“Pourquoi tu l’as poussé! tu lui as fait mal!”

Et Asphodèle a dit: “Moi je ne veux plus faire le jeu avec toi!”

Mes enfants, comme d’autres, sont allés jouer plus loin, laissant en plan le petit garçon soudain bien dépité.

Peut-être que ce petit garçon au tempérament de meneur avait-il tiré sa force des dix autres enfants qui le suivaient. Peut-être n’avait-il pas voulu “décevoir” les autres. Peut-être n’aurait-il pas poussé le tout-petit s’il avait été seul sur le jeu.

Et mes enfants? j’avoue que j’ai vraiment cru qu’ils continueraient le jeu sans se soucier de cet enfant tombé. Après tout, ils étaient du côté du plus fort…

Aujourd’hui, je repense souvent à cette anecdote. J’espère que cet enfant tombé s’est senti soutenu par les autres, même s’ils n’étaient pas avec lui.

J’espère que cet enfant meneur a réfléchi à son acte et trouve désormais d’autres techniques que la violence pour suivre la route qu’il s’est tracé.

J’espère que mes enfants ne se laisseront jamais manipuler, et qu’ils parviendront à résister à celui dont les actes leur sembleront contraires à la liberté qu’a chacun de se trouver là où il le souhaite. Sur une chenille. Dans une salle de concert ou à la terrasse d’un café.

 

 

macaron-rdv-education

C’était ma contribution aux Jeudis de l’Education de Wondermômes sur le thème de la violence. (Oui, je sais! on est vendredi!)

D’autres articles sont dispos chez:

Le journal de Titouan: Des mots pour apaiser:

 http://lejournaldetitouan.blogspot.fr/2015/11/des-mots-pour-apaiser.html

Parent Ultime :  Apprendre la paix intérieure aux enfants  

http://parentultime.com/apprendre-la-paix-interieure-aux-enfants

Creativemumandco: 3 jeux 100% fait-maison pour aider les enfants à gérer leurs émotions!

http://creativemumandco.com/3-jeux-100-fait-maison-pour-aider-les-enfants-a-gerer-leurs-emotions/

Les idées du Samedi: La forêt des Mille Ombres, un livre sur le vivre ensemble

 http://lesideesdusamedi.fr/lecture-respect-violence/

Félie et ses monstres gentils :  Mais maman, pourquoi ils font ça ? pourquoi ils font du mal ?
http://felieetsesmonstresgentils.com/mais-maman-pourquoi-ils-font-ca-pourquoi-ils-font-du-mal/

WonderMômes : Favoriser le langage avec les Images à raconter (coffrets Montessori) 

http://www.wondermomes.fr/favoriser-le-langage-images-a-raconter-coffrets-montessori/


Maman Moderne Politiquement Incorrecte : Quelle éducation pour mes enfants après le 13.11.2015? 

http://maman-moderne-politiquement-incorrecte.com/quelle-education-apres-le-13-11-2015-jeudi-education/