Après les attentats.

Comme beaucoup, j’ai énormément de mal à reprendre le cours de ce blog.

Le cours de la vie.

Une affreuse tendance à actualiser la page Google News toutes les deux secondes et demie.

google news

 

Le thème des jeudis de l’éducation (Oui! c’est vrai… on est vendredi! Quand j’vous dis qu’j’ai du mal!) c’est: La violence.

Un thème qui fait désormais partie de chacun d’entre nous…

Je n’habite pas Paris. J’y vais quelques fois par an pour des déplacements professionnels, mais je me sens préservée: Nous sommes à l’abri dans notre campagne. Et pourtant, quand je vois qu’encore hier soir mon 12 ans est venu nous dire qu’il avait entendu des explosions (des rafales de vent très fortes), quand je vois qu’hier matin, il m’a raconté son cauchemar (on était avec des hommes, et ils nous ont cramés), quand je vois comme le sujet du terrorisme revient sur le tapis régulièrement, toujours brusquement, j’ai le coeur serré en m’imaginant qu’à Paris, il doit être si difficile de reprendre le cours de sa vie.

Mais puisqu’il faut continuer, j’ai envie de participer à ce jeudi de l’Education (oui! c’est vrai… on est vendredi!)

Je vais juste raconter une anecdote.

Un dimanche matin, nous étions dans un parc à Nancy. Ce genre de parc où les balançoires côtoient les toboggans, où les parents se serrent sur les bancs à regarder leurs enfants, où les enfants étonnent toujours par leur mode de communication:

Tu t’appelles comment? Viens! on va sur le toboggan.

P1140404

Mes enfants étaient petits… entre 3 et 6 ans. Ils jouaient avec tous ces copains d’un jour.

L’un d’eux qui ne devait pas dépasser les 5 printemps avait un tempérament incroyable de meneur. Il a réussi en l’espace de quelques secondes à se faire chef d’une immense file de lardons et effectuait un parcours sur tous les jeux en chantant et en faisant des gestes. Dix autres gamins, dont les miens, le suivaient en l’imitant. Comme un jeu du chef d’orchestre en plus actif. Ils sont passés partout: sur le toboggan, sur les rondins de bois, sous le petit pont, dans la cabane. Et je crois que chaque adulte était scotché par le dynamisme de ce petit garçon et par la façon dont les autres-même les plus grands- suivaient avec admiration  ce petit bonhomme.

Puis le chef a grimpé sur une sorte de longue chenille en bois. Les autres suivaient, grimpant l’un derrière l’autre.

Au bout de la chenille, un tout petit garçon de deux ans environ était assis à califourchon, gênant la progression. Le chef de file a balayé le petit sans sommation. il l’a poussé de ses deux mains et l’enfant est tombé par terre.

Le chef continuait à chanter sans s’arrêter. Tandis que le papa est allé récupérer son petit en pleurs, j’ai guetté la réaction des autres enfants.

Parci est descendu de la chenille. Il a dit:

« Pourquoi tu l’as poussé! tu lui as fait mal! »

Et Asphodèle a dit: « Moi je ne veux plus faire le jeu avec toi! »

Mes enfants, comme d’autres, sont allés jouer plus loin, laissant en plan le petit garçon soudain bien dépité.

Peut-être que ce petit garçon au tempérament de meneur avait-il tiré sa force des dix autres enfants qui le suivaient. Peut-être n’avait-il pas voulu « décevoir » les autres. Peut-être n’aurait-il pas poussé le tout-petit s’il avait été seul sur le jeu.

Et mes enfants? j’avoue que j’ai vraiment cru qu’ils continueraient le jeu sans se soucier de cet enfant tombé. Après tout, ils étaient du côté du plus fort…

Aujourd’hui, je repense souvent à cette anecdote. J’espère que cet enfant tombé s’est senti soutenu par les autres, même s’ils n’étaient pas avec lui.

J’espère que cet enfant meneur a réfléchi à son acte et trouve désormais d’autres techniques que la violence pour suivre la route qu’il s’est tracé.

J’espère que mes enfants ne se laisseront jamais manipuler, et qu’ils parviendront à résister à celui dont les actes leur sembleront contraires à la liberté qu’a chacun de se trouver là où il le souhaite. Sur une chenille. Dans une salle de concert ou à la terrasse d’un café.

 

 

macaron-rdv-education

C’était ma contribution aux Jeudis de l’Education de Wondermômes sur le thème de la violence. (Oui, je sais! on est vendredi!)

D’autres articles sont dispos chez:

Le journal de Titouan: Des mots pour apaiser:

 http://lejournaldetitouan.blogspot.fr/2015/11/des-mots-pour-apaiser.html

Parent Ultime :  Apprendre la paix intérieure aux enfants  

http://parentultime.com/apprendre-la-paix-interieure-aux-enfants

Creativemumandco: 3 jeux 100% fait-maison pour aider les enfants à gérer leurs émotions!

http://creativemumandco.com/3-jeux-100-fait-maison-pour-aider-les-enfants-a-gerer-leurs-emotions/

Les idées du Samedi: La forêt des Mille Ombres, un livre sur le vivre ensemble

 http://lesideesdusamedi.fr/lecture-respect-violence/

Félie et ses monstres gentils :  Mais maman, pourquoi ils font ça ? pourquoi ils font du mal ?
http://felieetsesmonstresgentils.com/mais-maman-pourquoi-ils-font-ca-pourquoi-ils-font-du-mal/

WonderMômes : Favoriser le langage avec les Images à raconter (coffrets Montessori) 

http://www.wondermomes.fr/favoriser-le-langage-images-a-raconter-coffrets-montessori/


Maman Moderne Politiquement Incorrecte : Quelle éducation pour mes enfants après le 13.11.2015? 

http://maman-moderne-politiquement-incorrecte.com/quelle-education-apres-le-13-11-2015-jeudi-education/